Orca soutient les espoirs du triathlon suisse

Cette année, Orca Suisse soutient les plusieurs jeunes espoirs du triathlon. Après Pierre Moraz et Maxime Fluri, nous donnons la parole à Ludovic Séchaud et Amélie Gorka.

Ludovic, peux-tu te présenter?
Je suis né en 2000. et uis triathlète depuis bientôt 10 ans. Avant, j’étais dans le domaine de la natation. J’ai participé aux championnats d’Europe et du Monde junior en triathlon, j’ai obtenu 7 médailles aux championnats suisses (dans les différentes catégories, sur plusieurs années). J’étudie en Sciences du Sport à l’université de Lausanne.
Tu utilises une Orca Alpha, pourquoi ?
Je cherche avant tout une combinaison qui ne me gène pas dans les mouvements de bras (relativement souple aux épaules) et pour laquelle je n’ai pas besoin d’adapter mon style de nage. Il faut également que je puisse l’enlever rapidement pour perdre le moins de temps possible en transition.
Pour l’alpha, j’apprécie beaucoup la finesse du néoprène au niveau des bras et épaules (sensation de liberté). Elle supporte bien le bassin et elle est également bien ajustée au niveau des hanches – du bassin et assez large aux chevilles pour en sortir rapidement. L’ouverture dans le dos est un peu petite mais pas spécialement dérangeant.
Quels sont tes objectifs pour la saison?
Je cherche à obtenir une qualification pour les championnats du Monde U23 (critère de top 15 en coupe d’Europe). Je souhaite également atteindre le top 3 aux championnats Suisses U23 et le top 5 sur la National League. Ainsi que de tester mes capacités et voir mes progrès sur la distance olympique.

Amélie, peux-tu te présenter en quelques mots ?
J’ai quinze ans et je vis sur la Riviera vaudoise, magnifique région où j’ai beaucoup d’amies et d’amis. Je termine ma scolarité obligatoire et je vais intégrer le gymnase Auguste Piccard, en classe sportive. En effet, je pratique le triathlon depuis plusieurs années déjà et c’est réellement une passion pour moi.
Entre la natation, la course à pied et le vélo, quelle est la discipline où tu te sens le plus à l’aise ?
Je viens de la natation et c’est bien dans cette discipline que je me sens le plus à l’aise et aussi celle que j’entraine le plus. Toutefois, je me considère plutôt poli-sportive, car j’aime le sport et découvrir de nouvelles disciplines en lien ou complémentaire au triathlon. Je pratique, en entre-saison, par exemple du cyclo-cross et du ski de fond et j’aime cette diversité et je m’y éclate beaucoup.
Est-ce difficile pour toi de concilier le triathlon et les études ?
J’ai vraiment de la chance dans le cercle scolaire où j’étudie actuellement, car la Direction m’a toujours donné des allégements scolaires, ceci pour autant que mes résultats scolaires restent bons. Toutefois, il est clair que je dois travailler de manière structurée et surtout bien écouter en classe afin d’économiser du temps. Par ailleurs, le triathlon m’aide également dans ma scolarité car j’aborde mes tests ou examens, comme une compétition, donc à fond et pour donner le meilleur de moi-même. Je me réjouis, car prochainement, je vais pouvoir rejoindre le gymnase Auguste Piccard, en classe sportive, découvrir un nouvel environnement et avancer dans ma scolarité, tout en pouvant pratiquer mon sport de manière adéquate.
Si tu devais motiver un-e jeune de ton âge à faire du triathlon, que lui dirais-tu ?
Le triathlon n’est jamais la routine. Il n’y a jamais un entrainement qui ressemble à un autre et je n’ai pas de lassitude ceci en raison des trois disciplines. De plus, il ne faut également pas oublier la quatrième discipline, soit les transitions et c’est aussi très stimulant, car il faut être bien concentrée. Nos coachs au Triviera et à Swisstriathlon sont très attentifs à nous et nous accompagne très bien pour que nous puissions progresser et durer le plus longtemps possible. Je lui dirais que le triathlon est un sport génial et que c’est l’une des activités les plus complète. Enfin et pour finir, j’ajouterais qu’il faut faire des compétitions, car c’est le seul moment où nous faisons les trois disciplines à la suite et que c’est vraiment à ce moment que ce sport est trop cool !
Quels sont tes prochains objectifs sportifs ?
L’année dernière, j’ai réussi à rejoindre les cadres régionaux de Swisstriathlon. J’ai confirmé mes résultats cette année aux tests et j’ai comme objectif de rejoindre l’année prochaine les cadres nationaux de la relève de Swisstriathlon. Cela serait une étape importante et cela me donnerai ainsi la possibilité de pouvoir participer à des courses internationales pour la Suisse et serait donc un pas de plus pour moi, et me donnerait ainsi plus de chance de réaliser d’autres rêves par la suite.

preloader